La stimulation médullaire (SM) en 10 questions

1 – De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un système implanté de stimulation de la moelle épinière permettant de contrôler des douleurs neuropathiques sévères. 2 – Sur quels principes fonctionne-t-elle ? La stimulation médullaire va recruter les fibres de gros calibres de la voie cordonale postérieure, ce qui va bloquer le passage des influx douloureux véhiculés par …
Savoir plus…

La douleur chronique

La douleur chronique se caractérise par sa durée d’évolution >3 mois et son retentissement sur le plan fonctionnel, professionnel et psycho-affectif. Contrairement à  la douleur aiguë, la douleur chronique a perdu sa finalité de signal d’alarme car même si la lésion initiale a guéri, la douleur peut continuer d’évoluer pour son propre compte, devenant la …
Savoir plus…

La thérapie d’acceptation et d’engagement

La thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) constitue une approche inspirée des thérapies cognitives et comportementales pour la prise en charge de la douleur chronique. La thérapie d’acceptation et d’engagement part du postulat que les évitements comportementaux et cognitifs face à la douleur constituent la base des difficultés des patients douloureux chroniques. La confrontation à la …
Savoir plus…

Syndrome des Scalènes : Protocole de Peet

Exercice 1 Station debout, les bras de chaque coté du corps, tenant à chaque main un poids de deux livres (haltères, bouteilles ou sacs emplis de sable) : a) Soulever les épaules-rabaisser les épaules en avant. b) Repos. c) Soulever les épaules puis les rabaisser en tirant vers l’arrière. d) Repos. e) Soulever les épaules. …
Savoir plus…

Rééducation multidisciplinaire du lombalgique chronique : notre expérience

On estime que 80% de la population aura à souffrir de lombalgie au cours de sa vie.

La lombalgie constitue la première cause d’accident de travail et la première cause de maladie professionnelle.

De nombreux facteurs ont été mis en évidence, parmi lesquels, sur le plan professionnel, les postures contraignantes et le fait de se pencher souvent, de porter des charges lourdes, d’être soumis à des vibrations. Mais aussi la station assise prolongée…

Certains facteurs psychologiques comme la dépression, l’anxiété sont également reconnus comme des facteurs de risque. De même que, sur le plan psycho-social, le fait d’effectuer un travail monotone et de n’avoir qu’un faible niveau de satisfaction dans son travail.

Quelle prise en charge

Renforcement musculaire du rachis
Renforcement musculaire du rachis

Lorsque la lombalgie chronique s’associe à un affaiblissement musculaire marqué, à une perte de l’endurance à l’effort ainsi qu’à des conséquences psychologiques et socio-professionnelles importantes, la prise en charge repose  sur la mise en œuvre d’un programme dit de « reconditionnement musculaire »  et de réentraînement à l’effort avec une dimension cognitivo-comportementale. Ce type de prise en charge a fait la preuve de son efficacité, puisque, le taux de reprise du travail, après des arrêts de travail prolongés de 1 an ou plus, varie entre 70 et 90% selon les pays.  Il s’agit d’une rééducation multidisciplinaire intensive, en hospitalisation complète, représentant plus d’une centaine d’heures d’activité physique sur 4 semaines.

L’objectif premier de ce type de prise en charge vise, habituellement, à permettre une reprise du travail.

Parcours du patient

L’intégration d’un programme dit de « reconditionnement » requiert, au préalable, une consultation médicale à la clinique de Médecine Physique de Marienia afin d’en évaluer l’indication.

Lorsque l’indication d’un tel programme en centre est retenue, il peut être nécessaire de réaliser une évaluation multidisciplinaire sur une journée afin de confirmer la réalité du déconditionnement et d’évaluer le retentissement psycho-social et professionnel de la lombalgie. Les hommes de plus de 40 ans et les femmes de plus de 50 ans doivent par ailleurs faire l’objet d’une épreuve d’effort par un cardiologue afin d‘éliminer tout risque cardio-vasculaire.

Les patients peuvent être adressés par leur médecin de famille ou par un correspondant spécialiste. Une fois l’indication retenue, le délai d’admission en centre dépend des listes d’attente et des places disponibles.

Les modalités du séjour

Le programme de reconditionnement du rachis s’effectue par groupe de 6 personnes dans le cadre d’une hospitalisation de 4 semaines avec des permissions le week-end autorisées du samedi midi au dimanche soir.

Le suivi des patients

La prise en charge en Centre est multi-disciplinaire et fait intervenir, une équipe constituée d’un médecin, d’un kinésithérapeute, d’un ergothérapeute, d’un préparateur physique adapté, d’une nutritionniste. Les patients peuvent également bénéficier d’un soutien psychologique et, si leur situation socio-professionnelle le nécessite, d’une aide de l’assistante sociale.

Tout au long de leur prise en charge, les patients font l’objet d’évaluations itératives multi-dimenssionnelles, notamment physiques, fonctionnelles… afin d’objectiver la réalité des progrès obtenus. Chaque semaine ceux-ci sont discutés en réunion d’équipe.

Les résultats

Nos résultats sont conformes aux données de la littérature concernant l’efficacité des programmes de rééducation multidisciplinaire sur la lombalgie chronique. Une étude rétrospective portant sur 47 patients inclus dans le programme a permis d’objectiver une amélioration moyenne de la douleur, hautement significative, de près de 3 points sur l’échelle de la douleur de 0 à 10. Les scores d’incapacité fonctionnelles de Québec et d’Oswestry se sont également améliorés de façon très significative, tout comme les paramètres physiques d’endurance musculaire et de souplesse.

A 18 mois de la rééducation le pourcentage de patient en activité professionnelle est de 70% alors qu’il n’était que de 23% au moment de l’inclusion.

Voir la thèse du Dr Perrine Le Gac de Lansalut :

EVALUATION A 18 MOIS D’UN PROGRAMME INTENSIF DE READAPTATION DU RACHIS POUR LOMBALGIQUES CHRONIQUES ET ADAPTATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES – Université Bordeaux 2 U.F.R. DES SCIENCES MEDICALES – 6 Nov 2013