En 10 points : le traitement fonctionnel du syndrome rotulien

  • L’importance des lésions chondrales mises en évidence, au mieux par arthroscanner, n’est pas toujours bien corrélée à la gêne fonctionnelle. Il peut être utile de faire précéder la rééducation par une infiltration d’acide hyaluronique si le retentissement fonctionnel est particulièrement marqué.
  • Préalablement à la mise en place du programme de rééducation, l’exploration clinique recherchera  des facteurs favorisants, (dysplasie ou troubles morphostatiques, hyperlaxité, faiblesses ou rétractions musculaires…). Néanmoins, le syndrome rotulien revêt souvent un caractère pluri-factoriel, raison pour laquelle, le programme de rééducation relève habituellement d’une prise en charge globale relativement peu spécifique.
  • Il faut demander, temporairement, l’éviction des activités physiques mal tolérées. La rééducation doit se dérouler toujours dans la règle de l’indolence. La prescription d’une orthèse stabilisatrice rotulienne peut s’avérer utile.
  • Il importe d’étirer les muscles rétractés, tout particulièrement lorsqu’il s’agit du Droit-antérieur, en veillant à obtenir le talon-fesse. L’aileron rotulien externe doit être étiré en cas de rétraction
  • La mise en évidence d’une insuffisance des fibres obliques du vaste interne implique la réalisation d’un renforcement analytique.
  • L’intérêt d’un programme de renforcement du quadriceps en chaîne fermée, a été démontré et peu être mis en œuvre systématiquement, dans la limite de la tolérance, entre 0 et 50°, compte tenu des données de biomécanique.
  • Il est préférable de récuser le travail isotonique et même isométrique du quadriceps en chaîne ouverte car habituellement mal toléré. En revanche, il est conseillé de réaliser un travail de renforcement dynamique des ischios-jambiers
  • La réalisation d’un travail musculaire à faible résistance, sur vélo d’intérieur, à visée de  » rodage articulaire « , est le plus souvent bien toléré et doit être proposé.
  • L’utilité d’un programme de renforcement des fléchisseurs-extenseurs du genou sur dynamomètre isocinétique est reconnue. Le travail doit être réalisé en secteur angulaire indolore, préalablement à haute vitesse.

    Renforcement isocinétique
  • Rarement, en cas d’échec du traitement fonctionnel, suffisamment prolongé et bien conduit, un traitement chirurgical peut être discuté sur la base d’explorations complémentaires et toujours en dernier recours.

Douleur-info.com

 

Laisser un commentaire