Tendon d’achille et pathogénie

Auteur : Laurent Savalli Le système suro-achiléo-plantaire constitue un continuum sur le plan anatomique et fonctionnel. D’un point de vue biomécanique, il permet la propulsion lors de la marche et joue le rôle d’amortisseur lors de la réception de saut. C’est dans ce type d’activité frénatrice que les contraintes mécaniques sont maximales (du fait de l’énergie …
Savoir plus…

Pathologie traumatique et micro-traumatique du jambier postérieur

Auteur : Laurent Savalli La pathologie du tendon du Jambier postérieur est traumatique ou micro-traumatique. Comme son antagoniste, constitué par le groupe des péroniers latéraux, le JP peut faire l’objet d’un arrachement de sa coulisse ou rétinaculum, mais il s’agit d’une lésion extrêmement rare. Plus fréquente est la rupture du JP qui peut survenir chez …
Savoir plus…

Coiffe des rotateurs dégénérative non opérée et rééducation

Auteur : Laurent Savalli Dans le cadre de la pathologie de la coiffe, non rompue du sujet jeune, plusieurs théories étio-pathogéniques s’affrontent avec, à la clef, des implications différentes sur les modalités de la rééducation. A contrario, au stade de coiffe rompue, le diagnostic étio-pathogénique ne se pose plus, car le traitement rééducatif proposé ne …
Savoir plus…

Arthroplastie totale de hanche et reprise du sport

Auteur : Laurent Savalli L’arthroplastie totale de hanche constitue l’une des grandes réussites de la chirurgie orthopédique. Avec l’évolution des techniques opératoires et du matériel prothétique, les indications chirurgicales se sont progressivement élargies, ce qui a conduit les orthopédistes à opérer des sujets de plus en plus jeunes, bien plus exigeants sur le plan fonctionnel. Ainsi …
Savoir plus…

Les échecs de la chirurgie rachidienne ou Failed Back Surgery Syndrome

Les échecs de la chirurgie rachidienne ou « failed back surgery syndrom » (FBSS) des anglo-saxons, littéralement « le syndrome des échecs de la chirurgie du dos », constitue un motif de consultation relativement fréquent des centres de la douleur. La cause la plus fréquente du FBSS est la mauvaise indication chirurgicale. Aux USA l’arthrodèse lombaire a augmenté de …
Savoir plus…

Rééducation multidisciplinaire du lombalgique chronique : notre expérience

On estime que 80% de la population aura à souffrir de lombalgie au cours de sa vie.

La lombalgie constitue la première cause d’accident de travail et la première cause de maladie professionnelle.

De nombreux facteurs ont été mis en évidence, parmi lesquels, sur le plan professionnel, les postures contraignantes et le fait de se pencher souvent, de porter des charges lourdes, d’être soumis à des vibrations. Mais aussi la station assise prolongée…

Certains facteurs psychologiques comme la dépression, l’anxiété sont également reconnus comme des facteurs de risque. De même que, sur le plan psycho-social, le fait d’effectuer un travail monotone et de n’avoir qu’un faible niveau de satisfaction dans son travail.

Quelle prise en charge

Renforcement musculaire du rachis
Renforcement musculaire du rachis

Lorsque la lombalgie chronique s’associe à un affaiblissement musculaire marqué, à une perte de l’endurance à l’effort ainsi qu’à des conséquences psychologiques et socio-professionnelles importantes, la prise en charge repose  sur la mise en œuvre d’un programme dit de « reconditionnement musculaire »  et de réentraînement à l’effort avec une dimension cognitivo-comportementale. Ce type de prise en charge a fait la preuve de son efficacité, puisque, le taux de reprise du travail, après des arrêts de travail prolongés de 1 an ou plus, varie entre 70 et 90% selon les pays.  Il s’agit d’une rééducation multidisciplinaire intensive, en hospitalisation complète, représentant plus d’une centaine d’heures d’activité physique sur 4 semaines.

L’objectif premier de ce type de prise en charge vise, habituellement, à permettre une reprise du travail.

Parcours du patient

L’intégration d’un programme dit de « reconditionnement » requiert, au préalable, une consultation médicale à la clinique de Médecine Physique de Marienia afin d’en évaluer l’indication.

Lorsque l’indication d’un tel programme en centre est retenue, il peut être nécessaire de réaliser une évaluation multidisciplinaire sur une journée afin de confirmer la réalité du déconditionnement et d’évaluer le retentissement psycho-social et professionnel de la lombalgie. Les hommes de plus de 40 ans et les femmes de plus de 50 ans doivent par ailleurs faire l’objet d’une épreuve d’effort par un cardiologue afin d‘éliminer tout risque cardio-vasculaire.

Les patients peuvent être adressés par leur médecin de famille ou par un correspondant spécialiste. Une fois l’indication retenue, le délai d’admission en centre dépend des listes d’attente et des places disponibles.

 Les modalités du séjour

Le programme de reconditionnement du rachis s’effectue par groupe de 6 personnes dans le cadre d’une hospitalisation de 4 semaines avec des permissions le week-end autorisées du samedi midi au dimanche soir.

 Le suivi des patients

La prise en charge en Centre est multi-disciplinaire et fait intervenir, une équipe constituée d’un médecin, d’un kinésithérapeute, d’un ergothérapeute, d’un préparateur physique adapté, d’une nutritionniste. Les patients peuvent également bénéficier d’un soutien psychologique et, si leur situation socio-professionnelle le nécessite, d’une aide de l’assistante sociale.

Tout au long de leur prise en charge, les patients font l’objet d’évaluations itératives multi-dimenssionnelles, notamment physiques, fonctionnelles… afin d’objectiver la réalité des progrès obtenus. Chaque semaine ceux-ci sont discutés en réunion d’équipe.

Les résultats

Nos résultats sont conformes aux données de la littérature concernant l’efficacité des programmes de rééducation multidisciplinaire sur la lombalgie chronique. Une étude rétrospective portant sur 47 patients inclus dans le programme a permis d’objectiver une amélioration moyenne de la douleur, hautement significative, de près de 3 points sur l’échelle de la douleur de 0 à 10. Les scores d’incapacité fonctionnelles de Québec et d’Oswestry se sont également améliorés de façon très significative, tout comme les paramètres physiques d’endurance musculaire et de souplesse.

A 18 mois de la rééducation le pourcentage de patient en activité professionnelle est de 70% alors qu’il n’était que de 23% au moment de l’inclusion.

Voir la thèse du Dr Perrine Le Gac de Lansalut :

EVALUATION A 18 MOIS D’UN PROGRAMME INTENSIF DE READAPTATION DU RACHIS POUR LOMBALGIQUES CHRONIQUES ET ADAPTATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES – Université Bordeaux 2 U.F.R. DES SCIENCES MEDICALES – 6 Nov 2013

La lombalgie commune expliquée

La lombalgie  est très fréquent dans la population générale et se caractérise, dans la grande majorité des cas, par son caractère bénin, même si cette problématique peut parfois conduire, à un important retentissement fonctionnel dans la vie au quotidien et professionnelle, lorsqu’elle évolue vers la chronicité. La lombalgie représente un très lourd coût pour la société. …
Savoir plus…

Education patient : Le TENS en pratique

Le TENS est une méthode non médicamenteuse pour la prise en charge de douleurs par l’utilisation de courants électriques à travers la peau. Cette technique sans danger est habituellement réservée au traitement de douleurs chroniques que les ressources thérapeutiques habituelles ne permettent pas de soulager correctement. Il existe 2 modes d’utilisation du TENS, le mode …
Savoir plus…

La tendinopathie du Jambier postérieur

Rappels bio-mécaniques Le jambier postérieur se situe en arrière de l’axe de rotation de l’articulation tibio-tarsienne et en dedans de celui de l’articulation sous astragalienne, il a donc une fonction de fléchisseur et d’inverseur du pied. Au cours du cycle de marche, le jambier postérieur stabilise la cheville durant la phase portante, avec une activité …
Savoir plus…

La physiothérapie antalgique

Le froid est, avec la chaleur, le plus vieil agent physique connu pour son effet anti-inflammatoire et antalgique. Pour être efficace l’application de froid doit être suffisamment prolongée afin de provoquer un abaissement significatif de la température au niveau des tissus profonds. Le temps d’application ne doit pas, a contrario, être excessif au risque de provoquer une réaction inflammatoire réflexe superficielle, parfois source de douleur. Il dépend en fait de la localisation du site à traiter, soit par exemple 20 à 30′ pour le genou, moins longtemps pour les petites articulations comme le poignet et le coude. La vessie de glace est l’agent le plus utilisé. Il importe d’isoler la peau d’un linge humide pour éviter le risque de brûlure. Les bombes aérosols cryogéniques sont utiles sur le terrain. Les cryocuff, constitués d’un manchon et d’une glacière reliés par un tuyau, permettent un refroidissement modéré et prolongé d’une articulation avec une bonne tolérance.